C’est la saison des vendanges !

Les vendanges ? Vous devez en avoir déjà entendu parler. C’est la récolte des raisins dans le but d’en faire du vin. En France, elle se déroule généralement le mois de septembre ainsi que le mois d’octobre.

Les vendanges en tout genre

D’abord, on peut citer les vendanges du vin. La qualité du vin dépend beaucoup de la façon dont les vendanges ont été menées. Ainsi, bien qu’il existe des machines qui coupent le raisin sur la vigne, les vendanges manuelles restent la référence. Il est important que les vendanges se déroulent le plus rapidement possible, et que le raisin soit cueilli bien mûr. Ensuite, les vendanges tardives qui sont différentes de celles mentionnées plus haut. Ces dernières sont pour le vin qui est élaboré à partir de raisins que l’on a laissés mûrir sur la vigne pendant une période plus longue qu’à l’accoutumée. Parfois même les raisins sont attaqués par de la pourriture « noble » pour obtenir une augmentation de leur concentration en sucre. Ces vendanges-ci ne se font que lorsque les conditions météorologiques le permettent. Ce vin tardif est produit notamment en Allemagne ; au Canada et en France, en Alsace et dans les régions de Bordeaux. Les suivantes sont les vendanges en champagne réalisées à la main. Après le travail dans les vignes, c’est le passage dans les caves. C’est un rapport équilibré entre soleil et pluie qui permettra un apport en sucre optimal. Celles-ci débutent entre la fin du mois d’aout et le début d’octobre. En fin de liste les vendanges cognac. Immédiatement après la cueillette du raisin, il est pressé et le jus obtenu mis à fermenter sachant que la chaptalisation, ou l’ajout de sucre, est interdite. Après le temps de fermentation, les vins obtenus sont d’une faible teneur alcoolique, titrant près de 9%, et acides.

Toutes les vendanges sont-elles forcément du vin ?

Pour répondre à cette question, la réponse est non. Bien que tous soient obtenus par le bai de la récolte des raisins, les méthodes et passages par lesquels ils sont passés les rendent sensiblement différents.

Susdit, le cognac. Ce n’est pas comme le vin, ce n’est d’ailleurs pas du vin. Le cognac est distillé deux fois et perd une grande partie de son ADN dans le jus final. Une grande différence réside également dans le fait que lorsque de nombreux viticulteurs essaient tout pour faire parler leur terroir, le maître de chai de Cognac ressemble plus à un créateur de parfum, à la main de l’homme qui signe le jus final. Lors de ses vendanges à la vigne, on retrouve les terroirs, 6 crus qui donneront leurs spécificités à chaque eau-de-vie. Les Petite Champagne et Grande Champagne ont des sols très proches de ceux de Reims, apportant beaucoup d’acidité au raisin, parfait pour l’eau-de-vie de Cognac.

Le champagne est par contre considéré comme du vin « le vin de Champagne » dit-on souvent. Dans la région du nord-est, la Champagne, le champagne y est principalement tiré d’un vin blanc effervescent. Cependant, certaines régions produisent des vins tranquilles ou non effervescents qui portent des appellations telles que, Coteaux Champenois (rouges, blancs ou rosés) produit sur les communes de Bouzy, Vertus, Damery et des Riceys.

Articles connexes